La taille du diamant, à ne pas confondre avec la grosseur, est une étape fondamentale dans la vie du diamant dans la mesure où la brillance de la pierre en dépend. Cette étape peut être réalisée par un lapidaire ou un tailleur de pierre et demande un grand savoir-faire.

Plus précisément, un diamant taillé est composé en 4 parties principales :

La Table : C’est la partie supérieure du diamant, celle que l’on voir le plus une fois le diamant serti et le bijou porté.

La Couronne : Est juste en dessous de la table et est la partie inclinée du diamant.

Le Rondiste : Est la fine rainure qui fera la jonction entre la couronne et la culasse de la pierre.

La Culasse : C’est la partie du diamant qui se termine en V. Elle est le plus souvent invisible une fois serti.

La taille la plus connue du diamant est la taille brillant. Aussi appelé taille ronde, le diamant se compose alors de 57 facettes avec la table, ce qui en fait l’une des tailles de diamant les plus brillantes et permettant de mettre le mieux en valeur la pierre.

Les proportions d’un diamant taillé 

Les proportions de la taille brillant du diamant sont décrites dans le « Diamond Design », travail de Marcel Tolkowsky publié en 1919 et dans lequel il décrit ses travaux de recherche sur les proportions de la taille brillant.

Les proportions du diamant se réfère à sa hauteur et à son diamètre. En effet, ces mesures sont très importantes et déterminent comment la lumière se reflétera dans le diamant. Un diamant bien taillé, avec de bonnes proportions réfléchira la lumière d’une facette à une autre (comme un miroir) et la dispersera, la reflétera par le dessus du diamant (par la table). Autrement dit, les proportions déterminent la brillance du diamant.

En joaillerie, le diamant le plus recherché et le plus rare est le diamant avec une taille idéale. C’est la taille qui permettra de refléter un maximum de brillance et donner un grand éclat au diamant, on parle alors de feu du diamant. Cependant, pour obtenir le maximum de brillance, de feu, de « vie », un diamant doit être taillé suivant certaines dimensions et proportions que le diamantaire doit soigneusement considérer à partir de chaque diamant brut.

Mais alors pourquoi tous les diamants n’ont-ils pas une taille dite « idéale » ?

La principale cause est la rentabilité et la rareté de la matière première, c’est-à-dire le diamant brut. En effet, cette dernière coûte très cher et par conséquent, les diamantaires tentent de rentabiliser au maximum en utilisant la plus grande partie du diamant brut et donc éviter la perte de matière première. Dans certains cas, le pourcentage de perte en diamant brut peut atteindre plus de 70% lors de la taille.

Le diamantaire doit donc choisir entre perdre beaucoup de matière première mais avoir un diamant d’une taille idéale, ou avoir un plus grand nombre de diamant créer à partir de la matière première mais de moins bonne qualité de taille. La différence est minime mais un rien peu jouer un rôle dans la taille du diamant et entrainer un diamant de très bonne taille et non pas de taille idéale.

La classification de taille du diamant 

Il existe plusieurs laboratoires de gemmologie (GIA, HRD, IGI ou encore AGS), tous indiquent sur leur certificat la qualité de la taille des diamants. Comme nous l’avons dit, la meilleure taille étant la taille idéale mais il vient ensuite la taille Excellent, Very Good (Très bonne), Good (Bonne), Fair (Assez bonne) et Poor (Mauvaise).

Cependant, ne soyez pas étonné de ne pas lire la qualité de la taille sur votre certificat pour un diamant autre que rond. En effet, elle est uniquement indiquée pour les diamants de taille ronds-brillants car les autres formes de taille (princesse, poire, ovale, radiant, etc…) ne sont pas standardisées.

Pour définir la taille idéale du diamant, il faut s’intéresser à 3 caractéristiques. Le premier élément est la proportion entre la hauteur et le diamètre du diamant. En effet, les diamantaires calculent se rapport en pourcentage de hauteur totale (en divisant la hauteur du diamant par son diamètre). On obtient alors un pourcentage nous permettant d’évaluer la brillance du diamant.

Ensuite, la proportion de la table est également un élément fondamental. La règle est que la table doit faire entre 55 et 58% du diamètre total du diamant. Dès lors, on pourra affirmer que le diamant à un bel éclat.

Enfin, l’épaisseur du rondiste est le dernier élément qu’il est important de prendre en compte pour évaluer la taille d’un diamant. En effet, il faut que ce cette partie du diamant soit de taille moyenne (c’est-à-dire entre fin et légèrement épais) pour que cela n’entache pas la brillance de la pierre.

Bien sûr, bien d’autres éléments peuvent jouer un rôle dans l’évaluation d’un diamant ? Par exemple la symétrie des différentes parties du diamant ou encore la qualité du polissage.

La taille du diamant joue un grand rôle sur sa brillance

Il existe 2 cas de figure :

  1. Lorsque le diamant est a une taille idéale, alors la lumière entre par la table (le haut du diamant) se réfléchie sur les différentes facettes puis ressort à nouveau par la table. Dès lors, le diamant brillera de mille feux.
  2. Si le diamant à une hauteur non proportionnelle à son diamètre, alors la lumière ne passera pas sur toutes les facettes du diamant et ressortira par la culasse du diamant. Dans ce cas, le diamant manquera de brillance et d’éclat.

Les diamants à la taille parfaite

Aussi appelé « Hearts & Arrows », ces diamants ont une qualité de taille idéale et sont très recherchés sur le marché. On les reconnait par leur grande brillance mais surtout lorsque qu’on les met sous une lumière spéciale qui permet de faire refléter 8 flèches et 8 cœurs depuis la table de la pierre. Ces diamants son plus cher que les autres, car plus rare et sont identifiable sur le certificat grâce à la mention « H&A ».

Découvrez nos alliances diamants